Le

régime méditerranéen et l’activité physique régulière sont les armes les plus efficaces pour vaincre l’hypercholestérolémie. Excès de cholestérol élevé dans le sang responsables de l’apparition possible de maladies cardiovasculaires. Si, après un contrôle médical, vous trouvez que vous avez un taux de cholestérol trop élevé dans votre sang, l’une des premières préoccupations est d’ajuster votre alimentation pour signaler les valeurs dans votre sang Normalement, de sorte qu’un régime pour lutter contre l’hypercholestérol pourrait vous convenir. Le régime alimentaire pour le cholestérol élevé est un régime alimentaire visant à normaliser la cholestérolémie (valeur de cholestérol dans le sang). Le cholestérol est une graisse fondamentale qui remplit plusieurs fonctions dans le corps. Il est produit par le corps humain, mais dans une partie minimale (environ 20 -30%) est introduit avec l’alimentation. Cette graisse est un constituant de la bile, il est donc utile dans la digestion, intervient dans la synthèse de la vitamine D , fondamentale dans la santé des os. Le cholestérol, en outre, est un constituant fondamental de la membrane cellulaire et de la gaine qui recouvre les cellules du système nerveux et est un précurseur des hormones telles que la testostérone et les œstrogènes. Lorsque le cholestérol total, détecté avec un test sanguin simple, est supérieur à 240 mg/dl il y a une condition appelée hypercholestérolémie . Cette affection ne donne pas de symptômes, mais est un facteur de risque pour d’autres problèmes cardiovasculaires tels que les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux. Les niveaux de cholestérol, comme l’ont démontré de nombreux essais cliniques, peuvent être contrôlés par une saine alimentation, un mode de vie approprié et une activité physique régulière.

Quels sont les symptômes de l’hypercholestérol ?
L’ hypercholestérolémie est généralement asymptomatique. Seulement dans les formes congénitales peuvent des signes cliniques évidents, appelés xanthomas. D’autres symptômes connexes concernent les maladies vasculaires.

Quelles sont les causes de l’hypercholestérol ? Les causes de cholestérol élevé peuvent être différentes :
prédisposition génétique et héréditaire ; d’autres maladies primaires (par exemple hormonal) ; mauvaise alimentation et enfin sédentaire.
Recommandations diététiques générales pour les personnes souffrant d’un taux élevé de cholestérol :
Choisir des aliments à faible teneur en gras saturés et le cholestérol ;
Choisissez des aliments à faible teneur en sucre simple. Le métabolisme du sucre et le métabolisme des graisses sont étroitement liés : les glucides à absorption rapide (simple) compromettent le profil lipidique. Selon l’OMS, les sucres ajoutés ne devraient donc pas dépasser 10 % du total des calories quotidiennes, dans l’espoir d’une réduction supplémentaire et les aliments à haute teneur en fibres. La quantité recommandée est de 25-40 grammes de fibres par jour, dont 7-13gr comme fibres solubles peuvent être introduits simplement en observant les fréquences quotidiennes des fruits et légumes
 ; en mangeant des aliments naturels avec un effet hypocholestérolémiant (par exemple : soja, lupin, avoine, etc.) ;
Cuire sans ajouter de graisse. Préférez des méthodes de cuisson simples telles que la cuisson à la vapeur, micro-ondes, gril ou plaque de cuisson, autocuiseur, etc. au lieu de frire, poêle à frire ou de la viande bouillie ;
Indication de votre médecin traitant, vous pouvez entrer dans les suppléments alimentaires qui contiennent des substances qui peuvent réduire l’absorption intestinale de cholestérol (bêta-glucanes, psyllium, stérols végétaux, etc.).

Les aliments non autorisés pour le régime contre le cholestérol élevé.
Assaisonnements gras tels que le beurre, le saindoux, le saindoux, la crème, etc. ;
Pain emballé avec du beurre ou du saindoux ;
Abats animaux tels que le foie, le cerveau, les reins, les reins, les reins, le cœur, etc. ;
Saucisses à haute teneur en graisses saturées, telles que le salami, la saucisse, la mortadelle, etc., en plus des parties grasses de la viande (avec graisse visible) ;
Lait entier ou condensé, yogourt entier, fromages à haute teneur en graisses saturées et en cholestérol, tels que mascarpone, gorgonzola, camembert, fromages à la crème double ou triple, etc. ;
Mayonnaise et autres sauces élaborées ;
Spiritueux.

Produits de boulangerie et aliments en général qui indiquent sur l’emballage le terme « graisses végétales hydrogénées », car ils peuvent contenir des gras trans, de l’huile de palme, de l’huile de noix de coco, etc., ainsi que des substances riches en graisses saturées ; Restauration rapide typique (p. ex. bacon et frites, croquettes de poulet frites, fromage fondu frit croquettes, etc.) parce que dans ces aliments, il peut y avoir des concentrations élevées de graisses cis/trans formées pendant la cuisson (croustillant ou friture avec dépassement du point de fumer, rancissement, etc.) qui, s’ils sont pris en excès, augmentent le risque de développer une maladie cardiovasculaire. Ces graisses (trans) peuvent également être présentes dans de nombreux produits préparés industriellement, artisanalement et plats prêts à l’emploi, il est donc conseillé de toujours lire les étiquettes nutritionnelles.

Aliments autorisés avec modération pour ceux qui souffrent d’un taux élevé de cholestérol.
Mollusques et crustacés, tels que seiches, poulpes, crevettes et crevettes, huîtres, palourdes, moules, etc., devant être consommés plus d’une fois par semaine ;
Pâtes à œufs ou produits de boulangerie emballés avec des œufs (à considérer dans le nombre de portions hebdomadaires d’œufs, donc au maximum deux par semaine) ;
Vin et de la bière (à consommer en quantités minimales, en particulier en cas d’hypercholestérolémie associée à l’hypertriglycéridémie) ;
Sel : niveaux d’apport rester dans les 5 g par jour (une cuillère à café).

Aliments autorisés recommandés pour le régime de cholestérol élevé.
Pain, pâtes, riz, avoine, orge, épeautre et autres types de céréales, préférant peut-être les céréales complètes parce qu’ils réduisent l’absorption des graisses et des sucres simples ;
Légumineuses, à consommer deux à quatre fois par semaine non pas comme plat d’accompagnement mais comme deuxième plat (ils remplacent la viande, le poisson, les œufs, le lait et dérivés). Tout type de légumineuse est capable d’affecter positivement les niveaux de cholestérol ;
Poissons de toutes sortes, préférant peut-être le bleu et le saumon pour leur teneur élevée en oméga 3 ;
Noix, soja, graines de lin et autres sources végétales d’oméga-3 ;

Viande rouge et blanche (provenant de coupes maigres et privés de visible graisse). La volaille doit être consommée sans peau, car elle est riche en cholestérol ; Viandes tranchées telles que jambon, jambon cru, bacon (tous sans graisse visible), bresaola, dinde ou poulet en tranches maigres ; Lait
écrémé ou partiellement écrémé et yaourt ; Fromages frais
faibles en gras ou fromages vieillis mais produits avec du lait partiellement écrémé pendant leur transformation et avec une bonne consommation de graisses insaturées, comme Grana Padano AOP ;
huiles végétales polyinsaturées ou monoinsaturées, telles que l’huile d’olive extra vierge, l’huile de riz ou les huiles monograines (par exemple soja, tournesol, maïs, arachides, etc.) ;
Fruits (deux portions par jour) et légumes (deux à trois portions par jour) en saison, car ils fournissent d’excellentes quantités de vitamines, d’antioxydants et de fibres, ce qui réduit le risque cardiovasculaire global.

Conseils pratiques pour maintenir un taux élevé de cholestérol à distance.
Un excès de cholestérol dans le sang peut être dangereux pour la santé. En particulier, le « mauvais » cholestérol peut s’accumuler dans la paroi des artères, entravant le flux sanguin et augmentant le risque d’événements cardiovasculaires graves tels que la crise cardiaque et les accidents vasculaires cérébraux. La nutrition peut aider à réduire le risque que cela se produise, mais il y a des conseils qui aident à maintenir un taux élevé de cholestérol à distance :

Rendre le mode de vie plus actif (abandonner le sédentaire ! Aller travailler à pied, à vélo ou stationner loin de votre destination, si vous pouvez éviter l’utilisation de l’ascenseur et faire les escaliers à pied, etc.) ; Pratiquez l’activité physique au moins trois fois par semaine (minimum 150 minutes par semaine, optimal 300). L’activité physique augmente le « bon » cholestérol au détriment du « mauvais ». Le choix doit être fait dans les sports avec des caractéristiques aérobies, donc avec une intensité modérée et longue durée, comme le cyclisme, la gymnastique aérobie, la marche à 4 km/h, la natation, etc., comme le plus efficace pour se débarrasser de l’excès de graisse ; Cesser de
fumer : le tabagisme provoque la (bon).
Vérifiez avec l’aide de votre médecin si d’autres maladies coexistent (p. ex. hypertension artérielle, diabète sucré, etc.).